02.12.2019, 17:50

L’artiste neuchâteloise Anne Monnier est décédée

chargement
Anne Monnier, dans son atelier.

Hommage Artiste bien connue des Neuchâtelois, Anne Monnier est décédée le 26 novembre dernier. Ancien directeur de l’Académie de Meuron, Gérald Comtesse lui rend hommage.

Figure incontournable de la scène artistique neuchâteloise de ces soixante dernières années, Anne Monnier nous a quittés le 26 novembre dernier.

Née en 1930, issue d’une famille de viticulteurs de Cortaillod, Anne Monnier emprunte la voie artistique dès 1953. Elle étudie à l’Académie de Meuron, sous la houlette de P.-E. Bouvier, maître essentiel pour elle, qui l’encouragera à développer une technique picturale transparente et lumineuse. Il lui inculquera un esprit de recherche et d’ouverture à plusieurs formes d’expressions. A la fin des années 50, l’artiste complète sa formation lors de séjours à Bruxelles, Florence et Londres.

Revenue à Neuchâtel, elle réalise des toiles inspirées du réel mais où la figuration le cède peu à peu à l’abstraction, dans une sorte de jeu esthétique qui bannit l’anecdote. De cette époque, on se souvient de marines intenses et dépouillées, peintes au retour d’un voyage à La Rochelle et de ses évocations grandioses et turneresques de Jérusalem.

Fontaine de la place Coquillon, fresque mobile au CPLN, …

Son succès grandissant, Anne Monnier se voit confier des œuvres monumentales en ville de Neuchâtel: la fontaine de la place Coquillon, en collaboration avec Ivan Moscatelli, la décoration du corridor du CPLN où elle a l’idée géniale de moduler une interminable surface monotone en jouant de panneaux aluchromiques verticaux mobiles qui rythment le volume architectural en réduisant visuellement l’espace par l’intensité des couleurs. Autre œuvre importante, les vitraux ou plus exactement les dalles de verre de la chapelle des Cadolles, déposés il y a quelques années mais qui seront remises en valeur prochainement dans le nouvel aménagement du Centre funéraire de Beauregard. 

En 1978, Anne Monnier est membre fondateur, à Genève, du Groupe Vaisseau, collectif qui a pour but de remettre la fresque traditionnelle et narrative au goût du jour. Elle participe ainsi à plusieurs réalisations en Suisse romande, notamment à l’abbaye de Bonmont et à Bevaix. Disons encore que dans cet esprit, elle participe aux décorations fantaisistes de la chaussée de la rue des Chavannes.

Atmosphères oniriques et poétiques

Parallèlement, Anne Monnier continue inlassablement, malgré les handicaps, les maladies et de gros ennuis oculaires, à créer une œuvre nuancée, tant à l’huile qu’à l’aquarelle. Toujours inspirée par un sujet précis, elle suggère des atmosphères oniriques et poétiques au raffinement extrême.

Anne Monnier s’en est allée. En avril dernier, elle nous parlait de sa fin prochaine qu’elle voyait avec sérénité. Son œuvre protéiforme survivra, mais nous garderons surtout le souvenir d’une artiste, au sens large et noble du terme, une artiste dans la vie comme dans la ville, portant une attention originale aux choses vues, aux lieux aimés, aux amis et à ses collègues.

Gérald Comtesse, artiste peintre, ancien directeur de l’Académie de Meuron
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ArtLa rue des Chavannes en couleurs, une traditionLa rue des Chavannes en couleurs, une tradition

Espace publicA Neuchâtel, la fresque du hall du CPLN a été restauréeA Neuchâtel, la fresque du hall du CPLN a été restaurée

Top